Biscuit génoise nature

J-2 avant 2019, géniale Génoise

Ou : LE biscuit édredon tellement moelleux que l’on pourrait dormir dedans.

En prévision de la courte nuit du 31, je vous livre la recette de la génoise. Ce biscuit ultra moelleux est la base de très nombreux gâteaux tels que les entremets et la fameuse bûche ou gâteau roulé lorsque la génoise est étalée finement mais aussi de nombreux gâteaux super moelleux lorsque la génoise est épaisse et cuite dans des moules à gâteaux.

Ce biscuit ultra léger et ultra moelleux est un de mes chouchous. Fine ou épaisse, je ne fais pas la fine bouche. Légère et gourmande, j’adore autant sa texture que son délicieux goût d’œufs. Le secret est l’incorporation délicate des blancs en neige. Il faut être délicat et ne pas la brusquer. Cette pâte à biscuit vous rendra toute votre tendresse. Lire la suite

Publicités
Macarons au champagne

J-3 avant 2019, Paillettes, Champagne et Macarons !

Ou : On sort la collerette des Grands Soirs

Avec tout les desserts qui ont défilé dans ma cuisine, avec toutes les heures passées à pâtisser, avec toutes les sucreries que j’ai distribué, je ne m’étais encore jamais attaqué aux macarons. Les biscuits et mignardises sont délaissés et je m’en veux. Petits mais très gourmands, ils se dégustent en une seule bouchée (pour les plus gourmands et les plus grandes bouches, un macaron entier dans la bouche c’est assez fastidieux, j’en sais quelque chose et je ne vous le conseille vraiment pas).

Cette fin d’année était donc un prétexte tout trouvé pour m’attaquer aux rondeurs du macaron, craquant et fondant. Sa coque parfumée à l’amande peu en effrayer plus d’un. Attention aux effets secondaires du symptôme de la « collerette », cette dernière indispensable est tellement attendue lors de la cuisson, qu’un cri de joie a aussitôt retenti dans la cuisine lorsque je l’ai vu à travers la vitre du four (puis l’onde sonore s’est propagée à l’ensemble de l’appartement, a traversé les murs et a résonné jusque chez mes voisins). Lire la suite

Poulet à la Mongole

Poulet à la Mongole

Ou : Pas si fofolle la poulette !

Cette recette est réaliser traditionnellement avec de la viande de bœuf, du steak de flanc ou de la bavette. Je l’ai réalisé ici avec du poulet. La recette est plus délicate, la sauce plus prononcée car le poulet est une viande moins forte que le bœuf. Un délice!

J’essaye de noter le moindre détail et de décrire au mieux les étapes afin que vous puissiez réaliser chez vous mes recettes et retrouver au mieux ma version. Ainsi Albert, Florent et Maxime, grâce à votre demande ma recette est publiée. Vous n’avez plus de prétextes pour pouvoir la refaire et la faire découvrir à votre tour à vos proches! Lire la suite

Tarte aux oignons jaunes et rouges

Tarte aux oignons jaunes et rouges

Ou : La digestion c’est de la Tarte

Les oignons cuits, compotés à feu doux pour qu’ils caramélisent doucement dans la casserole. Ils perdent leur force et gagnent en sucrosité. Parfumés juste ce qu’il faut de poivre et de muscade.

Le secret de cette tarte réside dans cette cuisson lente et douce des oignons. Et surtout il ne faut pas avoir la main prude sur l’épaisseur d’oignons. Il faut un épais édredon, une couche généreuse, fondante et gourmande. Une belle garniture qui contraste avec le croquant de la pâte brisée.

Le plus dur dans cette tarte c’est la phase épluchage et découpe des oignons. Je ne vais pas vous mentir, vous allez en pleurer. Un oignon en appelle un autre et plus il y en a et meilleure la tarte sera. Alors pas de chichi, les yeux bouffi, rouges et gonflés c’est pour la bonne cause, il va falloir vous en convaincre !

Lire la suite

Gratin de choux-fleur léger à la farine de châtaigne

Gratin de chou-fleur léger à la farine de châtaigne

Ou : Un bouquet de fleurs blanches

Si vous vous souvenez de mon article précédent du gratin de chou-fleur aux oignons rouges, alors doit vous revenir en mémoire que le gratin au chou-fleur et moi c’est une histoire très très ancienne. Cette recette a bercé toute mon enfance et mon adolescence dès que le saison du chou-fleur arrivait.

Et pourtant, ce qui aurait pu potentiellement avoir un effet traumatique sur ma consommation et mon lien avec le chou-fleur a finalement eu l’effet inverse. Une madeleine de Proust version chou-fleur. Mais seulement en gratin, avec une bonne dose de sauce crémeuse et légère et recouvert d’emmental râpé et doré.

Il faut quand même savoir imposer des limites à ce sympathique mais néanmoins odorifique Brassicacé au méristème floral hypertrophié et charnu. Lire la suite