Risotto aux asperges vertes

Risotto aux asperges vertes

Ou : La fine verte d’Avril

C’est la belle et la pleine saison des asperges. En Avril elles sont au sommet de leur fraîcheur et de leur beauté. Fines et élancées, leur teint vert leur confère une mine superbe. Tendres et fermes, elles respirent la jeunesse.

Leur pleine est courte, il faut en profiter ! Quiche, velouté, poêlée, salade, tout se prête à les cuisiner. Je vous propose ici un risotto aux asperges vertes. Sans discrimination, je les préfère laaaaaargement aux blanches, beaucoup plus savoureuses, elles sont incomparables. Les grains fermes et fondants qui éclatent dans la bouche dans lesquels viennent s’immiscer les asperges légèrement croquantes, un conseil, prenez votre temps pour manger et faire durer le plaisir ! Et l’ajout de parmesan en fin de cuisson pour lier le tout amoureusement, c’est Pfuuuuiiii (onomatopée d’une défaillance du système nerveux et immunitaire face à l’avalanche de trop de bonheur). Lire la suite

Publicités
Soupe de nouille de riz aux chanterelles

Soupe de nouille de riz aux chanterelles

Ou : Et c’est reparti pour la petite soupe du soir

Je vous avais prévenu. La soupe de nouilles et moi nous sommes en complémentarité totale et ce pendant tout la saison hivernale. Je crois qu’il faut savoir apprécier ce bouillon chaud et parfumé, qui ouvre l’appétit et réchauffe.

Le nouilles de riz, j’ai , le bouillon parfumé j’ai, maintenant place à la garniture !

Après avoir fait celle aux deux choux et aux herbes fraîches, je farfouillais dans mes placards et je suis tombée sur mes chanterelles séchées. Le bonheur d’aller chercher les champignons en forêt, de s’en faire de bonne poêlée et de faire sécher le reste pour pouvoir en profiter toute l’année, un peu comme les confiture (sauf qu’on en fait pas de poêlée…). Les odeurs du sous bois et de l’automne se sont échappées du bocal lors de l’ouverture. Ni une, ni deux, ces chanterelles vont faire le saut dans le grand bain ! Lire la suite

Risotto aux champignons de Paris

Risotto aux champignons de Paris

Ou : Mangez moi, mangez moi, mangez moi

J’espère vous avoir mis la chanson en tête. Et pour celles et ceux qui ne connaitraient pas (ne leur jetons pas la pierre), je vous laisse la découvrir et par le même temps parfaire, grâce à cet iMMense tube, votre culture musicale.

Le risotto me fait fondre. Les grains crémeux qui fondent sous la dent, mais avec cependant la conservation d’un très légère résistance c’est comme cela qu’il est parfait. Onctueux, suave et tout moelleux, aromatisé par le goût délicat des champignons de Paris. Vous pouvez faire sauter les champignons à la poêle dans un peu d’huile d’olive chaude avant de les incorporer au risotto pour développer leur saveur et leur apporter un peu de croustillant

Lire la suite

Hachis parmentier de thon

Hachis parmentier de thon

Ou : Ça v’Hachier !

Mouai. Bon.

Puf puf puf

Jeu de mot pou**i. Mais que voulez-vous, on ne peut pas être au top de l’inspiration tout les jours. C’est le premier qui m’est venu en tête et la flemme d’en chercher un autre. Et puis c’est comme tout, à force de le lire, on s’y fait. Et qui sait, certain(e)s le trouveront même peut être hilarant, très drôle, drôle, marrant, rigolo, bien, bof, mouai.

Quoi qu’il en soit, c’était bien bon! Le thon aux carottes épicé juste ce qu’il faut, surmonté d’une bonne purée maison onctueuse aux douces notes de muscade. Mmmmh, ce Parmentier donne le T(h)on ! … Mouai Lire la suite

Vermicelles de soja aux légumes asiatiques

Vermicelles de soja aux légumes asiatiques

Ou : Le jour où je l’ai rencontré

Vue sur le marché, de loin j’ai cru à … je ne sais pas en fait. C’est pour cela que je me suis approchée. Ma curiosité grandissant en même temps que se rapprochait l’étal (je me lance dans la narration à suspense), je ne pouvais m’empêcher de sentir les battements de mon cœur accélérer.  Tendue, les mâchoires crispées, qu’allais-je donc trouver? Un doute me pris alors, et si j’étais déçue? Et si, contre toutes mes attentes, la banalité allait me fouetter comme une évidence. Si ce n’était rien ?

Mes pas s’arrêtèrent. Immobile au milieu de la foule sans visage, je devais faire un choix. Abandonner maintenant et faire comme si tout cela n’était qu’une fiction ou continuer face à mes propres peurs quitte à me cogner à la déception. Dans ces moments là, on réfléchit en accélérer et des centaines de scénarios naissent et meurent. Et l’on se retrouve au sommet d’une montagne de « Si » décédés aussitôt nés. Et j’en suis arrivée à la conclusion que après tout, j’aime la montagne et les randonnées et que pour gravir des montagnes il suffit parfois de volonté et d’une bonne paire de pompe!

J’ai donc continué à avancer et j’ai découvert ce trésor : Lire la suite