Une si petite amie dans un aussi grand univers, Erick Labeye

Mon père, cet écrivain. « Une si petite amie dans un aussi grand Univers »

Ou : Quand la fiction devient réalité

Où tout a commencé …

Petites, nous avons été bercées tout les soirs par l’histoire fantastique et fabuleuse des deux dragons Blip et Blop, héros de l’histoire, amis de Marianne, petite fille terrienne.

Chaque soir le même rituel du couché. Allongées dans nos lits respectifs, notre père racontait un bout de l’histoire sans fin, à la façon des contes des milles et une nuit, elle suivait un fil rouge et découlait instantanément de son imagination farfelue et débordante.

Chaque soir nous lui réclamions la suite et chaque soir la même question posée préalablement : « où nous en étions nous arrêtés ? ». Exercice de mémoire qui nous replongait dans le monde imaginaire entre la Terre, la planète Blopblup et le Pays Invisible peuplé de personnages bien connus et inspirés de nos contes, légendes et chansons familiales.

Bercées par l’imagination

Du fin fond de notre lit, la couverture relevée, l’histoire était interactive entre des moments de concentration et d’écoute intense, entrecoupés de réactions, rires, questions et réponses sollicitée par le maître de l’histoire, notre père.

Auditrices attentives et captivées par l’histoire, nous nous relevions parfois brusquement pour réagir et intervenir. Dissipées, je n’en ai pas le souvenir mais émerveillées et curieuses ça oui.

Et chaque soir, irrémédiablement, le temps passait trop vite. Plongées dans l’imaginaire et dans les histoires folles et burlesques de Blip et Blop, « héros » hors norme, il m’est souvent venue à l’idée de les rejoindre. A moi l’aventure, à moi ces deux amis fantastiques, énormes de talents, de gentillesses et pourtant tellement bourrus et touchants.

Rejoindre Merlin l’enchanteur, les fées fleurs, le petit frère Blup, les arbres sandwichs, la fée Clochette espiègle et râleuse. Grimper sur leurs têtes et traverser les océans. Descendre dans les profondeurs à la recherche de l’Armagonodon.

Le temps passe, les enfants grandissent ?

Je ne me souviens plus quand à commencé ce rituel de l’histoire du soir. Mais ce dont je me souviens c’est que j’étais alors très très jeune et que j’ai eu beau grandir, je me faufilais encore adolescente, dans la chambre de ma petite soeur, allongée sur son lit, pour écouter la suite…

Où tout continu

J’ose croire que c’est en partie grâce à notre soutient et notre insistance de coucher sur le papier cet univers oral que ce livre a pu voir le jour « Une si petite amie dans un aussi grand Univers ».

L’histoire et l’atmosphère ont changé. Un peu moins de magie et de faits épique, un peu moins de candeur et d’innocence que dans l’histoire pour enfant que je me souviens.

Le public visé aussi a changé, plus mature, plus averti, avec une expérience de la vie. Une connaissance des arts, musiques, livres, peintures, de la politique et de la société. Le monde des « grands » en quelque sorte.

J’ai replongé avec délice dans ce monde que je connais bien, mais j’ai regretté à la fin de la lecture la douceur de l’innocence de l’époque.

A votre tour

Une si petite amie dans un aussi grand Univers a été entièrement écrit par mon père, Erick Labeye. C’est aussi lui qui l’a mis en page et imprimé. Ce travail de titan, surtout pour un novice de l’écriture et de l’informatique, lui a prit plus d’un an.

C’est après de nombreuses anecdotes, bug informatiques, pages blanches, suppression et perte impromptues et non voulues de jours d’écriture, relecture et ré-écriture, que ce livre Une si petite amie dans un aussi grand Univers a pu être imprimé.

Si l’aventure vous intéresse et que vous souhaitez découvrir et faire découvrir cette véritable autobiographie fantasmée, laisser un commentaire avec vos coordonnées mail et/ou téléphoniques, elles seront transmises à l’écrivain, M Erick Labeye, afin d’organiser entre vous le paiement suivi de l’envoi de l’ouvrage.

« A mes filles chéries qui enfants n’ont eu de cesse que de me faire raconter cette histoire, et adultes m’ont demandé de l’écrire.
Sans quoi, je n’aurais rien écrit.
Elles ne retrouveront pas l’histoire telle que je la racontais parce qu’écrire n’est pas conter et parce que je sais que je ne la raconte plus à des enfants mais à des adultes en qui reste l’enfance ».

Titre : Une si petite amie dans un aussi grand univers
Prix : 15 € + frais d’expédition
Nombre de pages : 707 p.
Genre : Autobiographie fantasmée

Publicités

6 réflexions sur “Mon père, cet écrivain. « Une si petite amie dans un aussi grand Univers »

  1. Erick Labeye dit :

    Ma fille, après la géologie, la cuisine, je te découvre maintenant en commerciale, je t’en remercie d’autant que je ne saurais pas du tout le faire. Bises

    J'aime

  2. teatimedelicatessen dit :

    Je rejoins ton père : quel talent de commerciale 😉 !! En tout cas, je suis preneuse, tu m’as donné envie d’entrer dans l’univers de vos contes familiaux et un peu dans vos chambres d’enfants à ta soeur et toi. J’aurais adoré avoir un Papa conteur d’histoires inventées par lui. Et puis j’adore les histoires de dragons 😀 . Biz à toi et ta famille. Virginie

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s