Blancs de poulet moelleux au yaourt, citron vert et piment d’Espelette

Blancs de poulet moelleux au yaourt, citron vert et piment d’Espelette

Ou : Légère et moelleuse, la volaille prend son envol !

La particularité de la recette est de cuire les dés de poulet à la température de 150°C, il reste ainsi incroyablement moelleux.

Légèrement relevée et délicatement acidulé, cette viande accompagne parfaitement un riz blanc parfumé ou des pâtes. Il est possible d’ajouter en fin de cuisson de la crème liquide (0% possible) pour obtenir une sauce nappante.

Et c’est sur le blog qu’on ne présente plus de Anne la Bordelaise, Papilles et Pupilles, que j’ai déniché cette bonne idée de marinade et de cuisson. Léger et moelleux ces Blancs de poulet au yaourt, citron vert et piment d’Espelette.

Réalisation :

  • Pour 4 personnes
  • Préparation : 10 min
  • Cuisson : 15 min
  • Repos : 1 h
  • Difficulté : Facile
  • Coût : Bon marché

Ingrédients :

– 4 à 6 escalopes de poulet
– 1 citron vert bio (jus et zeste) ou de l’ail des ours
– 2 yaourts nature
– 1 pincée de sel
– 1 pincée de piment d’Espelette

Préparation :

1) 1 heure avant la cuisson : Couper les blancs de poulet en dés d’environ 3 cm de côté. Les mettre dans un saladier. Ajouter les 2 yaourts, le sel, le piment d’Espelette et le zeste du citron vert.

2) Mélanger et réserver au réfrigérateur pendant environ 1 heure.

3) 1 heure après : Préchauffer le four à 150°C.

4) Étaler les dés de poulet sur une plaque de cuisson anti adhésive ou dans un plat mais il ne faut pas que le poulet soit sur plusieurs épaisseurs.

5) Enfourner pour 15 minutes de cuisson. Vérifier la cuisson du poulet en coupant un dé de poulet en deux. Le temps de cuisson varie suivant la taille les dés.

6) Presser le jus du citron vert à la sortie du four sur le poulet, saupoudrer à nouveau de piment d’Espelette selon son gout et servir tout chaud, c’est succulent.

Accord vin :

Avec ce poulet moelleux au yaourt, citron vert et piment d’Espelette, choisir un blanc sec assez puissant et rond qui accompagnera l’onctuosité du yaourt et le moelleux de la volaille. Ils donnent être franc et avoir une bonne acidité qui leur donne du relief et du répondant au ciron sous peine de quoi ils vont affadir le plat. Partir en Bourgogne avec un Beaune souple et gras ou un Pouillly-fuissé aux douces notes minérales.

Si les notes épicées du piment d’Espelette sont bien relevées, on peut se permettre de partir sur un vin blanc d’Alsace sec, corsé et aromatiques comme le Gewürztraminer.

Une cuisson douce pour le plus zuste du moelleux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s