Hanoï

Vietnam J6 – Hanoï

Une connaissance de l’employé du homestay me dépose le soir à la gare routière, l’anglais n’est toujours pas au rendez-vous cependant avec l’aide de quelques onomatopées et à force de grandes gesticulations, j’ai grâce à lui mon ticket en poche et je suis dans le bus direction Hanoï.

VOYAGES, en Asie…

2 h de route sont nécessaires pour rejoindre la gare routière de My Dinh. J’ai réservé depuis la France et depuis un petit moment déjà ces deux nuits en couchsurfing. L’hébergement tout au Nord de Hanoï est assez particulier. C’est une sorte de grand garage avec cuisine, douches et tables dans lequel le gérant a monter une association pour l’apprentissage de l’anglais au étudiants Vietnamiens. Les jeunes se retrouvent ici pour certains tous les soirs pour travailler leurs cours mais aussi accueillir les nombreux couchsurfeurs (nous étions 5 le premier soir, 4 le second). L’ambiance est très familiale et conviviale, deux des étudiants dorment sur place et chaque soir des nouveaux étrangers arrivent tandis que d’autres repartent. Certain restent même jusqu’à une semaine. Le lieux est un habitués des voyageurs et le propriétaire qui n’était pas là travaille comme organisateur et guide de voyage de groupes.

Bref, arrivée à Hanoï je décide de flâner dans les rues avant de rejoindre l’hébergement et de trouver mon repas du soir. C’est confiante avec en mains l’adresse d’un restaurant de Bun que je pars à la découverte de ce lieux. Les buns, spaghettis Vietnamiens, sont une des spécialités la plus populaire à Hanoï. Arrivée dans la rue, impossible de le trouver. Et les restaurant de Bun, ce n’est pas ce qui manque ici. Mais trop de choix… Le plus simple dans ces cas là, c’est de demander. Et c’est comme cela que je me suis retrouvée attablée avec deux jeunes étudiantes très sympa à une table d’un tout petit boui boui, devant un bol commandé par leur soin. C’est un soucis que je n’avais pas prit en compte avant de partir, les commandes de nourriture. Que se soit dans les restaurant, souvent pas de carte ou pas traduite, ou dans la rue, ou l’on ne connait pas les mets proposés (certains sont même emballés), la façon de les manger (chaud, froid, accompagnement). Alors cette fois-ci je me suis simplement laissé guidé dans l’art de la dégustation et Mmmmhhh, j’ai dégusté!

Bun, spagettis vietnamiens

Bun, spaghettis vietnamiens

Un bus, quelques galères de plan et de batteries de portables, quelques demandes de direction plus tard et une petite marche à pied et me voilà chez l’habitant! 5 étudiants étaient là pour m’accueillir et malgré ma fatigue, nous avons discuté encore bien longtemps!

Le lendemain, après un petit déjeuner concocté par un des deux étudiants qui dors sur place, un Banh Mi, petit sac à dos sur les épaules je pars visiter le Nord de Hanoï en descendant le lac Ho Tay, qui signifie lac de l’Ouest. Est-ce un effet « local », mais un simple sandwich aux œufs frits sur la poêle grillé sur les flammes, une sauce tomate sucrée et quelques rondelles de tomates et de concombre  me semble un véritable délice.

Plan de Hanoï

Plan de Hanoï

La journée a été consacré à la découverte du Nord de Hanoï, j’avais déjà fait le centre ville le jour de mon arrivée. Du matin jusqu’au soir, j’ai marché!

Tout a commencé par la descente le long du lac de l’Ouest (Ho Tay) en passant par la Pagode Tran Quoc et le temple Quan Thanh pour arriver dans le parc Bach Thao et les jardins botaniques. Dans ces jardins se trouvent le palais Présidentiel mais aussi le la maison, mausolée et le musée de Ho Chi Minh, la pagode Dien Huu et la Pagode « Un Pilier ».

Puis toujours en continuant ma descente vers le Sud, le magnifique temple de la Littérature et ses jardins.

Une pause bien méritée à une adresse indiquée par la jeune Vietnamienne rencontrée au restaurant le Cha ca La Vong, une adresse de… Sticky rice!!!! Ou riz gluant, un de mes péché mignon. Et là… je pense avoir effleuré le Nirvana. Un tout petit boui boui, des grosses casseroles de cuisson posées à même le sol, des réchauds au gaz, le choix entre deux riz gluants (nature ou au safran) et trois accompagnements différents (pâthé, porc, poulet), une simplicité des plus totale et une cuisine familiale mais quel goût, quels parfums, quelle texture! Mon choix s’est porté sur le sticky rice nature avec du pâthé et du poulet, servi avec des pickkles. La photo et les ingrédients peuvent vous faire douter, mais croyez le ou non j’en aurait pleurer. Ce délice s’est suivi par une deuxième découverte de dingue, un egg coffee (café à l’œuf), si, si avec un œuf entier battu, fouetter, émulsionner dans le café pour une boisson juste incroyablement onctueuse, mousseuse, et d’un goût! Conseillée par un groupe de 3 américains assis juste à côté de moi, ils m’ont convaincu. Dire que j’aurai pu passer à côté d’une chose pareil. Les voyages c’est aussi les rencontres, les échanges de bons plans, la confiance, la curiosité et la dégustation!

Ma flânerie digestive post-régal, ma amené de nouveau autours du lac de L’Épée. J’avais réservé une place pour le spectacle populaire et fameux de marionnettes sur l’eau pour le jour de mon départ et au final, je suis arrivée devant juste 5 minutes avant le début d’une représentation. J’ai pu échanger ma place et apprécier le spectacle. J’ai été très agréablement surprise. Je partais avec les préjugé d’un attrape touriste dans les règles de l’art et ce fut finalement une belle prouesse artistique, musicale et (chants et instruments), contée de marionnettes qui évoluent sur l’eau au bout de bâton, orchestrées par les acteurs cachés derrière un rideau. Très original et très beau, je le recommande vivement.

Théâtre de marionnettes sur l'eau

Théâtre de marionnettes sur l’eau

Et puis, qui dit bord du lac de L’Épée, dit marchand de glace. Et là, j’ai deux excuses toutes trouvées pour céder à la tentation:
– la chaleur
– la rencontre d’une hôte vietnamienne en couchsurfing et de ses invitées qui m’a conseillée la… glace aux œufs. Après l’egg coffee et ses merveilles, je ne pouvais ABOLUMENT pas passer à côté de cette nouvelles découverte, bien m’en a valu!

Et puis j’ai marché, marché, marché. J’ai sillonné Hanoï à la recherche des moindres monuments indiqués sur ma carte, de la plus petite église et du plus petit temple tapis dans un ruelle serrée entre deux maisons étroites et hautes, au plus grands lacs, pont et  bâtiment.

Ministère des affaires étrangères

Ministère des affaires étrangères

Le soir, je suis entrée dans un restaurant mais quelle surprise, il n’y avait que la famille, deux couples qui étaient en train de manger sur la table d’à côté tandis que les 3 enfants jouaient sur un ordinateur juste en face de la petite table où ils m’ont installé . Je pense que c’est un genre de cantine qui est surtout ouverte le midi. Ils étaient surpris de ma venue, mais peut être du fait que je sois étrangère, je dois être la première à venir manger chez eux, mais m’ont fait signe qu’ils étaient ouverts. Un seul plat: la Lao. C’est un « one pot », une fondue vietnamienne. Il en existe de toute sorte et s’adapte à tous les ingrédients et les saisons. Ils m’ont servi un repas de géant et une des jeunes filles m’a montré comment procéder. Dans une grande soupière mise sur un feu, un bouillon épais et savoureux qui boue faiblement dans lequel on ajoute feuilles de salade, feuilles fraîches diverses (ils utilisent énormément d’aromates frais, qui viennent parfumer et apporter de la verdure aux plats), champignons frais mais aussi crevettes, coques, morceaux de bœuf et de porc coupés très finement, le tout cru. Ces ingrédients vont cuire dans le bouillon. A l’aide d’une louche, on récupère les ingrédients et un peu de bouillon que l’on se sert dans un bol et place à la dégustation! De peur de me répéter, je me suis régalée! Les viandes et poissons sont tendres, le bouillon parfumés, les herbes et champignons ajoutent une saveur et la salade un peu de croquant. Je n’ai pas pu finir ma portion de titan mais je suis arrivée à l’extrême tension de la peau du ventre. Les enfants étaient très curieux et excités par ma présence. L’accueil a été très agréable et chaleureux même si on ne se comprenait pas du tout, beaucoup de sourires et de gestes, le repas confectionné juste pour moi et avec beaucoup de soin et une grande générosité sur la quantité. C’est dans les petits boui boui, dans la rue, les marchés que j’ai le mieux mangé et été le mieux accueillie.

Le jour se couche sur Hanoï, demain matin, départ en bus pour Mai Chau.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s